Les tests à l’ancienne – Nicochef

On se précipitait tous dessus dès l’ouverture du magazine : la section tests ! D’abord, il y avait les jeux qu’on attendait, ceux dont on voulait savoir s’ils étaient bons ou pas. Mais il y avait aussi les jeux pourris, ceux dont la critique était quand même un délice, entre joie et déception.
Dans les deux cas, les tests étaient un moment particulier de la lecture de magazines. Et ils étaient tellement importants que je suis certain que vous vous souveniez encore de certains, non ?

Comme vous le voyez, un test à l’ancienne ressemble assez à un test d’aujourd’hui. On y trouvait une introduction, le test en lui-même et un avis du testeur, généralement accompagné d’une note. Bien sûr, le système de notation différait en fonction des magazines, et même parfois en cours de route dans un même magazine !
En principe, dans la note il y avait au moins les éléments suivants : jouabilité, graphismes, bande-son, animation et la note globale :

Personnellement, je pense que la note en pourcentage est sujet à polémique. Autant je comprends la différence qu’il peut y avoir entre 80% et 90%, autant entre 87% et 88%, j’ai plus de mal… Certains ont essayé avec une note sur 20 et je trouvais ça plus parlant. Mais bon, le principal pour nous, c’était quand même bien le test !

Parfois, il y avait certains critères qui me paraissaient bizarres, comme la note de présentation.
Alors oui, une belle présentation peut être sympa. Surtout qu’à l’époque, les scénarios se développaient et certaines séquences d’introduction étaient vraiment bien travaillées. Mais personnellement, je trouve que ça n’avait rien à voir avec la qualité du jeu. Autant mettre une note « Design du menu » aussi, non ?
La note de durée de vie par contre, n’était pas systématique et je trouve ça dommage. En effet, rien de pire que d’avoir un jeu techniquement au top, avec tout ce qu’il faut pour faire un grand jeu, mais qui se termine en 20 minutes !

Des ☆, des + et des –

Autre type qui marchait bien aussi chez Tilt pendant un moment, la notation par étoiles. Ça avait le mérite d’être clair et tu ne te faisais pas couiller en achetant un jeu à 82% !

C’était peut-être un poil austère pour certains, mais au moins tu ne pouvais pas te tromper. A l’inverse, il y avait l’overdose de critères, comme dans Amstrad 100%. D’ailleurs, si quelqu’un peut m’expliquer clairement ce qu’est la note de « Richesse » et de « Rhaa/Lovely« …

Autre pratique assez répandu, les tops et les flops. Je trouvais ça assez sympa car il n’y avait pas vraiment de jugement. Ainsi, vous pouviez décider de l’achat d’un jeu en fonction d’éléments susceptibles de vous plaire ou de vous rebuter.

Voilà pour les tests à l’ancienne ! Un de ces quatre, je vais me taper un retro-test complètement pas objectif dans ce style là, juste pour le fun… J’aurais bien voulu vous proposer un test du Setzer dans cette version là, mais je n’ai pas encore eu le temps de faire le tour à 100%.

Si, vous aussi, vous avez des souvenirs de notation traumatisante, n’hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *