Souvenir et Référence Survival Horror – Mellow : ben moi j’ai peur !

Souvenir : Resident Evil 3

resident-evil-3

Un choix difficile…

Bien que je n’aime pas le genre, je m’y suis tout de même essayé. Mais ce fut sans succès : je me lasse et décroche rapidement. A part Resident Evil 4 (qui n’est plus vraiment un survival) et Project Zero (que j’ai surtout apprécié pour y avoir joué avec ma femme), je n’ai jamais réussi à me plonger dans Resident Evil (même le remake Gamecube), Dead Space ou Alien Isolation, pourtant fidèle au film.

Alors, à part les galères de gameplay rigide, je ne garde pas beaucoup de souvenirs d’un jeu du genre. Je n’en vois qu’un à vous conter : mon premier frisson avec le survival horror.

C’était lors d’une partie de Resident Evil 3. J’arrivais chez un ami qui était en train d’y jouer, évidemment, toute lumière éteinte. Il avançait dans des décors glauques, lentement, très lentement. Il tue un zombie qui avance vers lui, lentement, très lentement… Bref, rien de fantastique.
Mais soudain un énorme machin immonde surgit et lui fonce dessus ! Boum : il est mort !
Il m’a suffit de ce sursaut – dû au Némésis – pour que je plonge dans l’aventure. Et comme je n’avais pas la manette en main, je n’avais pas à me battre contre la rigidité des commandes.

C’est probablement pour ça que j’ai passé une super soirée à houspiller mon pote. Parfois, je lui hurlais de courir ou de fuir à droite… euh non, à gauche, l’autre gauche (oui, je suis du genre à avoir deux gauches quand je stresse) ! Et là, j’ai adoré Resident Evil 3. C’est peut-être aussi pour ça que je continue à essayer de jouer aux survival-horrors, même si je n’aime pas vraiment ça. Je désespère de retrouver les sursauts et montées d’adrénaline éprouvés en guidant mon pote dans les ruelles de Racoon City, redoutant l’apparition du Némésis

Référence : Luigi’s Mansion

luigi-s-mansion

Et en plus ils s’y mettent à plusieurs!

Zoom sur une porte close.
Une main tremblante glisse une clé dans la serrure et tourne la poignée. Mais je sais pertinemment que c’est une erreur !
La porte s’ouvre, la vue change et montre mon personnage, célèbre mais surtout poltron. Il pénètre dans une pièce  sombre. Nous sommes dans un manoir hanté (donc plein de fantômes), la musique se réduit au bruit de nos pas sur le plancher, il fait vraiment très sombre ici…

Passons en revue notre inventaire, ami Luigi : une lampe torche (encore heureux) et un aspirateur ?! Où sont passés mon shotgun, mon spectrolaser à désincarnation biphasée, mon bouclier intégral paraspychique… Rien, nada, juste un foutu aspirateur !

« Mario?

Maaario!?

Mm Mm Ma…rio? »

Bonne idée ça : appelons le frangin courageux qui ne fait qu’une bouchée de ses adversaires (euh non, ça c’est Yoshi)…

Les voilà ! Je les entends qui se moquent, on distingue à peine leurs ombres fantomatiques… Les Spectres sont là ! En v’là un qui surgit dans le dos de Luigi et, d’un Bôôooo tonitruant, le terrifie. Un autre ose lui tirer la langue. Quelle horreur !

Prenant alors mon courage à deux mains, je braque ma lampe sur cette immonde créature rose et souriante ! Elle est stupéfaite ! Tant mieux, essayons l’aspirateur, ça marche ! Le fantôme est attiré dedans, mais ne se laisse pas faire ! Il pousse, il tire, il rue à travers la pièce faisant valdinguer chaises, coussins et jouets dans tous les sens. Alors je m’accroche, ramène vers moi se satané spectre et, ô miracle, il finit aspiré dans mon  arme de spectralisation massive.

Mais ce n’est pas fini ! Deux autres effacent leur présence et tentent de me contourner. Soudainement, je m’attaque au grand dadet bleu. Et finalement, le gros lourdaud qui fait des moulinets avec les bras finira aussi dans mon aspirateur. J’ai réussi ! La lumière salvatrice revient, je suis sauf ! Enfin, jusqu’à la salle suivante.

Alors les gars, vous me faites bien rire avec Resident Evil et ses zombies ! Moi, j’ai survécu à Luigi’s Mansion et plus aucun fantôme ne pourra me faire peur…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *