Souvenir et référence Ninja – Setzer

Souvenir : Wrath of the Black Manta (NES)

Une fois encore, mon souvenir me vient directement de mon enfance. Et plus particulièrement des étés entre mes 9 et mes 12 ans.
Entre le temps libre laissé par les grandes vacances et la chaleur étouffante du climat marseillais, mon voisin et moi nous retrouvions souvent chez lui, en début d’après-midi, pour jouer à la NES.
C’était une console que nous possédions tous les deux et on se débrouillait toujours pour ne pas avoir de jeux en double. Et ce jour-là, il m’a fait découvrir (en même temps que lui) Wrath of the Black Manta

Bien sûr, on a tout de suite adoré ! C’était vraiment génial parce que c’était un vrai ninja ! Enfin, dans nos têtes de gamins, en tout cas… Il avait plein de pouvoirs : il pouvait sauter super haut, se dédoubler, faire pleuvoir des boules de feu. Et même qu’avec le pouvoir de l’araignée, il se déplaçait DANS les murs !
Encore trop mieux, dans certains niveaux, il pouvait même voler, les mains et les pieds accrochés à une toile ! Ouais, comme un écureuil volant ! Mais si c’est vrai c’que j’dis !

On ne s’en rendait pas compte parce qu’on jouait comme des bourrins, mais le jeu propose une feature intéressante et rarement reprise. En effet, au lieu de bêtement tuer les ennemis, on peut s’approcher d’eux et les chopper pour les interroger. Le but ? Tout simplement d’obtenir des informations, comme la localisation des otages ou des boss, par exemple. D’ailleurs ces mêmes otages peuvent également vous indiquer des caches secrètes où vous récupérerez des upgrades. Du coup, le jeu était bien un beat’em all/ plateforme, mais avec une petite partie exploration. Aujourd’hui encore, WotBM reste un jeu intéressant à faire. Hélas, il est systématiquement oublié dans la grande majorité des ludothèques.

Par contre, je suis un peu dégoûté… En faisant mes recherches pour vous en parler aujourd’hui, j’ai découvert la version japonaise du jeu (Ninja Cop Saizou) et elle est 100 fois mieux ! Elle propose un niveau supplémentaire, un design plus japonais,… Bref, de quoi me donner envie de la télécharger pour l’essayer !

Référence : Ninja Spirit (PC-Engine)

Même s’il est sorti depuis 1988, je n’ai découvert Ninja Spirit que récemment. En fait, il était tout simplement dans un lot PC-Engine que j’ai récupéré. Et j’ai tout de suite accroché ! Les graphismes sont réussis, assez colorés pour flatter les rétines, mais assez sombres pour installer une ambiance. Parfois, il arrive que l’animation saccade un peu et que quelques sprites s’effacent, mais bon… les Megaman ont les mêmes défauts et ça ne les empêche pas d’être des hits !

Côté jeu, on est encore dans du ninja-arcade, c’est à dire avec des vagues de méchants à éliminer grâce à vos super-pouvoirs. Ainsi, vous pourrez vous dédoubler ou marcher au plafond. Vous pourrez également ramasser des upgrades pour améliorer votre sabre, vos shurikens ou votre grappin.
Pour résumer, Ninja Spirit est un très bon jeu. Et s’il constitue ma référence, c’est bien sûr pour son univers et son ambiance des plus plaisants. Mais c’est également parce que ce titre constitue à la fois un challenge (la difficulté est là) ET un pur moment de détente avec un gameplay accessible et fluide. Je vous assure que c’est vraiment magique !

Du côté des différentes versions, si la Game Boy et le C64 s’en sortent honorablement, je trouve que c’est la PC-Engine qui fait vraiment le plus honneur au jeu. Les autres machines sont à oublier d’urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *