Souvenir et référence du MSX – Tony et le pingouin monochrome

Souvenir : Mes débuts en monochrome

J’ai été très tôt intéressé par l’informatique et accessoirement les jeux vidéo.

Au début des années 80 je lorgnais sur le ZX81. La machine n’était pas chère pour l’époque et on pouvait la brancher sur une télévision ! La télévision, c’était le problème, car mes parents refusaient que je l’utilise sous prétexte du risque de panne. Faut dire que dans ces années-là, on n’en avait généralement qu’une par foyer et ce n’était pas vraiment fiable… Donc exit le ZX81 !

Une ou deux années plus tard, MB sort la Vectrex, une console avec un écran vectoriel intégré. En plus, ils promettent une extension qui permettrait d’en faire un ordinateur. Joie, je pourrai enfin me passer de cette fo**ue télé !
J’en achète donc une avec toute mes économies, mais moins d’un an plus tard arrive la fameuse crise du jeu vidéo… Et MB abandonne la Vectrex ! sniff… Enfin je me suis quand même bien amusé avec cette machine.

Retour au point de départ. Le temps passe et en revendant la Vectrex je parviens à m’acheter un MSX Yamaha YIS503. Il faut dire que le Commodore 64 , star du moment était vraiment trop cher. Le MSX promettait d’être un standard familial à l’instar de l’IBM PC… Encore une promesse dans le vide.

Mais toujours pas d écran car l’interdiction court toujours. Il a fallu encore quelques mois d’économie pour m’acheter un écran MONOCHROME.
Ça y est , je peux utiliser ma machine ! Je ne peux pas profiter de toutes ses capacités mais quand même. J’apprends les rudiments de la programmation Basic et de l’informatique, choses qui me servent toujours à l’heure actuelle. Et je joue bien sûr avec des jeux sur cartouches et cassettes . Ceux qui ont connu cette période se rappelle douloureusement combien il était pénible de charger le moindre jeu .

 

Référence : Penguin Adventure

L’un de mes jeux favoris était Penguin Adventure, une megarom de 128Ko. Avec cette taille de mémoire, le MSX1 crachait ses tripes et même en MONOCHROME, les graphismes me semblaient supérieurs à tout ce que j’avais vu avant. Certains bonus apparaissaient au hasard, permettant soit de voler sur un nuage, d’être invincible, etc… Avec beaucoup de patience et de persévérance, je suis parvenu plusieurs fois à la fin du jeu !
Mais bizarrement, j’arrivai toujours trop tard pour sauver la princesse Penguin… Rage !

Le temps passe et je ne parviens toujours pas à la sauver .

À la suite d’un examen réussi, mes parents m’offrent un écran COULEUR (à pas cher, mais j’ai apprécié) et là, ça change TOUT ! Je redécouvre complètement ma logithèque ! Penguin Adventure tient ses promesses avec des graphismes parmi les meilleurs que cette machine pouvait afficher ! Bon , c’était pas un Amiga non plus, hein, ni même un Atari ST mais quand même !
Et c’est là que je vois le petit cœur bonus changer de COULEUR en fonction de mes sauts ! Halleluiah, je vais enfin pouvoir sélectionner le bonus qui me permettra d’arriver plus vite et sauver la princesse ! Eh ben non , j’arrive toujours trop tard !

En fait, il existe des passages secrets, des crevasses plus étroites que les autres qui mènent à des marchands ou des raccourcis. Et moi je restai buté sur les couleurs. Mais j’ai fini par la sauver !
J’ai gardé cet écran près de 10 ans. Entre temps, il y a eu un deuxième MSX1 avec plus de mémoire, un Atari ST et un Amiga 1200. Et c’est sur ce dernier que je me suis offert un écran Commodore multisync d’occasion… en couleurs, bien sûr !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *