Souvenir et référence du MSX – Nicochef

Souvenir : Salamander

Je vais essayer de ne pas radoter en vous expliquant mon choix. Vous commencez à le savoir, j’ai commencé les jeux vidéo avec les micro-ordinateurs. Quand j’ai découvert Salamander, notre foyer avait vu défiler un ZX81, un MO5 et un Spectravideo SV 318. Niveau jeux, c’était la pure poilade et côté shoot’em up, j’ai juste eu le droit à un clone de Space Invader… Bref, j’avais déjà vu dans les magazines quelques jeux similaires mais je n’avais encore jamais essayé.

Forcement, être initié aux shoot’em up avec Salamander, il y a pire… Mais jouer à un jeu graphiquement exceptionnel, avec du son, de l’action et rentrer chez soi avec que ses yeux pour pleurer, c’est juste traumatisant !
Salamander, c’était un shoot’em up hyper creatif pour l’époque et d’une difficulté de malade ! L’avantage c’est que je n’avais pas de point de comparaison. Et comme le jeu était extraordinaire, la difficulté n’était pas vraiment une barrière.

J’ai couru longtemps après ce moment vidéoludique. J’ai même tenté de refaire un shoot’em up sur mon Thomson TO8 ! Malheureusement, je n’avais pas les compétences techniques… Et puis graphiquement, le TO8 ne me permettait pas d’avoir le rendu du MSX, ne serait-ce qu’au niveau des couleurs. Toujours est-il que j’ai toujours la larme à l’oeil quand je repense à ce jeu. Il fait partie de ces jeux qui m’ont rendu accros aux jeux vidéo, qui laissent une trace indélébile dans mon expérience de joueur.

Référence : F1 Spirit

En fait, c’est un peu la même histoire que pour Salamander. J’avais peu d’expérience en terme de jeu vidéo et j’ai découvert F1 Spirit en même temps que Goonies sur MSX.

J’ai toujours adoré ces jeux de voiture vu de dessus et F1 Spirit ne déroge pas à cette règle. Aujourd’hui, le titre a pris un petit coup de vieux avec un scrolling un poil saccadé. Mais bon , c’était plutôt fréquent à l’époque. Néanmoins, il reste encore des petits détails qui font la différence.
Par exemple, le truc un peu fou, c’est que les rambardes et les panneaux publicitaires rendaient un effet 3D inédit. En effet, grâce à un scrolling différentiel pour le rendu des panneau, la partie la plus haute du panneau défilait plus vite que la route. Oui, c’est du détail mais ça ne faisait que renforcer un peu plus le côté magique du jeu.

Quand je l’ai enfin récupéré il n’y a pas si longtemps sur mon MSX 2 j’étais comme un dingue et j’y rejoue toujours avec plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *