Souvenir et référence de Zelda-like – PH

Souvenir : Mystic Quest (Game Boy)

La Game Boy a connu beaucoup de jeux, dont beaucoup de très bons. Mystic Quest, à l’origine de la saga Secret Of Mana, fait partie de ceux-là. Et si je vous en parle en souvenir, c’est parce que je l’ai fini plusieurs fois… mais jamais sur ma propre partie.

Je m’explique. En fait il n’y a que 2 sauvegardes possibles par cartouche. Et comme mes frères étaient à fond sur le jeu, il n’y avait plus de place pour moi. Et je ne m’y suis donc essayé que lorsque l’un d’eux était arrivé au bout !
C’est comme ça que j’ai fait le dernier boss un bon paquet de fois. Ainsi, j’ai pu profiter de la fin du jeu sans m’être embêté à faire tout ce qu’il y avait avant. J’ai bien essayé de commencer ma propre partie, mais je devais arrêter quand un de mes frères (toujours les mêmes) voulait se refaire l’aventure, ce qui arrivait trop souvent.

Des années plus tard, via l’émulation, j’ai décidé de remédier à ce manque en jouant plus longtemps à cet excellent jeu. Mais ironiquement, je n’ai jamais terminé ma propre partie.

Un vaste univers à explorer.

Référence : The Legend Of Zelda – Link’s Awakening (Game Boy)

Et oui ! Un Zelda, c’est forcément un Zelda-like ! Et quel Zelda ! Si l’épisode SNES est une tuerie absolue, que dire de ce premier épisode Game Boy qui fait aussi bien, si ce n’est mieux, avec des limitations techniques pourtant plus grandes.

Le jeu est très beau, long, avec des musiques excellentes. De plus, il jouit d’une petite touche d’âme supplémentaire grâce à son univers, son originalité et son humour. En effet, ce coup-ci, point de princesse en danger à sauver ! Il vous faut réunir les instruments de musique qui permettront de réveiller le Poisson-Rêve, lui seul étant capable de vous sortir du rêve dans lequel vous vous trouvez.
Link’s Awakening apporte quelques trouvailles intéressantes, comme cette chaîne d’échange d’objets. On commence de la peluche Yoshi jusqu’à la loupe, en passant par de la pâtée pour chien ou un balai. Et la présence de quelques éléments made in Nintendo, comme la plume pour sauter ou le Dr Wright de Sim City, rend ce jeu d’autant plus attachant.

Bref, ce n’est qu’un aperçu, car il y a tant à dire sur ce jeu exceptionnel. Je l’ai fini tellement de fois, mais cette fois, toujours sur mes propres parties.

L’île de Cocolint.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *