Souvenir et référence de baston – PH

Référence : Soulblade

– En trois briques. Combat.
– Street Fighter ?
– Non… euh… Playstation.
– Dragon Ball ?
– Namco.
– Tekken !

Avouez-le, le Laurent Broomhead qui sommeille en vous aurait certainement dit la même chose, peut-être même dès la deuxième brique. Mais c’est oublier un autre titre majeur de la firme. Car avant Soulcalibur, qu’il s’agisse du mythique épisode Dreamcast, ou du 3x deuxieme épisode, il y a eu Soulblade.


Transcending history and the world …

Soulblade c’est une claque à tout instant et ce dès l’intro en images de synthèse. Elle est juste magnifique et encore tout à fait regardable aujourd’hui, malgré ses 20 ans d’âge ! En plus elle est accompagnée de la chanson Edge Of Soul, qui met l’intérêt du support CD immédiatement en avant. A ce propos, la version console se voit agrémentée d’un total de 3 bande-sons, rien que ça ! Il y a bien sur les musiques de la version Arcade, ainsi que leurs versions remixées, et enfin le mode Khan Super Session, que j’écoute régulièrement tant les thèmes de chaque combattant sont variés et inspirés.

Soulblade c’est un univers médiéval passionnant et un background très travaillé pour un « simple » jeu de baston. Les persos proposés, en plus d’être bien distincts, originaux et charismatiques, sont chacun passés maître dans l’art d’une arme blanche et entrent tous en quête d’une arme légendaire supposée les rendre invincible : la fameuse Souledge. Certes puissante, ladite arme a surtout pour elle de corrompre le cœur de ses porteurs. Bonjour l’ambiance !

Pour raconter tout cela, le jeu propose un mode arcade avec plusieurs fins interactives. Le joueur peut également vivre cette histoire tout en collectionnant les armes du jeu via le fameux mode Edge Master. Battre son adversaire avec des armes qui rongent votre santé, utiliser uniquement des coups aériens ou des chopes, éviter le ring-out pendant un temps imparti, etc… Autant de règles qui vous poussent à jouer différemment et à vous servir des armes débloquées, jusqu’à obtenir la Phantom de Hwang et sa lame invisible de 3 mètres de long, ou le Great Axe de Rock qui vous régénère à la vitesse d’un hérisson bleu.

Mitsurugi, mon personnage favori

Mitsurugi, mon personnage favori

Ajoutez à ça des rings à taille modifiable, des arènes spectaculaires et entièrement en 3D, et vous obtenez ce que je considère comme le meilleur jeu de baston 3D auquel j’ai joué. Alors oui , Soulcalibur sur Dreamcast est une tuerie absolue, mais c’est bien Soulblade qui a tout inventé. Il faut rendre à César…

Souvenir : Street Fighter EX + Alpha

Street Fighter… existe-t-il quelqu’un sur cette Terre qui n’aime pas Street Fighter ? Comme vous tous, chers lecteurs, j’ai plein de souvenirs sur le 2, quelle que soit sa version. Sauf qu’aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un autre épisode de la saga, celui qui a la numérotation la plus improbable qui soit. Pourquoi dire 0, 2 ou 3 quand on peut dire … EX + Alpha ?


Même la voix qui annonce le titre semble se demander où ça s’arrête. (vers 1’00)

La série EX de Street Fighter, c’est un casting qui mélange les personnages des studios Capcom et Arika. Ce qui m’amène à vous parler du premier Street en 3D sur consoles de salon, c’est son mode Training Expert, sur lequel j’ai passé énormément de temps, jusqu’à en perdre la peau de mon pouce gauche à force de faire des quarts de cercle dans tous les sens ! Le but est de faire 16 exercices par perso. Ça commence tranquille avec la réalisation d’un hado-ken. Puis il faut réussir un enchaînement de 3-4 coups, et à la fin, il faut combiner tout ça avec 3 ultras !

En fait, j’ai clairement passé plus de temps à tenter de remplir toutes les cases de ce satané tableau qu’à jouer aux modes classiques. Et le jeu en valait la chandelle puisque c’est comme ça qu’on débloquait des persos cachés, comme Garuda ou Evil Ryu.

Ma sauvegarde actuelle

Ma sauvegarde actuelle

Tout ça pour dire qu’il y bien une vie après SF2, une vie pas si mal, composée notamment de EX + Alpha, mais aussi des excellents épisodes Alpha ou encore de SF3 que les pros vénèrent. Hein ? Quoi ? Bon ok… Y’a aussi eu SF The Movie, mais ça, c’est une autre histoire que je ne vous raconterai pas…


1 commentaire

  1. Freddy juillet 17, 2016 8:24   Répondre

    Oh siiiiiiiii ! Racontes nous SF2 the movie ! ^_^ :-p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *