Pirates ! (Gold)…nous ont volé not’recet’ !

Il y a bien longtemps, sur une mer lointaine…

Les Caraïbes ! Qui n’a jamais rêvé d’y aller ?
Et bien votre serviteur a eu la chance de s’y rendre, c’était en 1994. Microprose était alors à l’ouvrage et Ubisoft le distribuait sous nos latitude sur Amiga CD32, mais sachez que le jeu est un remake revu graphiquement avec un son et une intro en FMV (Full motion vidéo) du jeu original datant de 1987 et qui se nommait Sid Meyer’s Pirates !. Il est sorti sur la quasi-totalité des supports de l’époque (consoles et ordinateurs) mais sachez qu’une version PC tout en 3D est ressortie en 2004.

Ô Capitaine ! Mon Capitaine !

Bon, bien sûr, les Caraïbes je n’y suis jamais allé (pas encore ?) en vrai, mais quand j’étais môme, je me suis souvent pris à rêver d’océan, de piraterie, de trésor et, bien souvent déguisé en conséquence, à me battre en duel à l’épée ou au sabre avec mon frère.
Ici, nous nous retrouvons propulsés au XVIème et XVIIème siècle, en tant que jeune commandant d’un petit rafiot. Mais ne vous y trompez pas : vous n’êtes pas là pour faire dans l’altruisme et l’idéalisme. Votre seul but est de vous enrichir et de devenir tout puissant. Pour se faire, vous pourrez, en fonction de l’époque choisie et de vos « relations », devenir soit un corsaire digne de ce nom, soit un pirate tout autant craint et redouté.

Là où le jeu frappe fort, c’est dans sa construction. Navigant sur les eaux, vous débusquez des terres, des îles, suite à des ordres de mission reçus de votre gouverneur, par exemple, puis rencontrer des navires à aborder et piller, souvent dans le sang via un duel. Vous pouvez aussi glaner des informations dans les tavernes et point important : faire la cour à certaines jeunes damoiselles (je n’ai pas dit qu’elles étaient jolies !). Elle est-y pas belle la vie ? Votre liberté est quasi totale !

On a beau être pirate il ne faut pas en oublier de savoir faire des affaire !

On a beau être pirate il ne faut pas en oublier de savoir faire des affaire !

 

Souquez les artimuses !

Le décor est posé mais quid du jeu ? Quid de son fonctionnement ? Vous alternez entre de jolis écrans fixes et de la navigation en vue de dessus. Les duels eux, se font en 2D, de même que les balades en villes via un petit scrolling. Nous restons donc dans du classique de l’époque. Mais l’intérêt est ailleurs, car il s’agit bien d’un jeu de stratégie. Cependant, nous avons la chance d’être devant un titre qui s’ouvre également à l’action et l’aventure.
Comme dit précédemment les duels et batailles navales apportent une grosse dose de punch au soft, l’aventure avec la découverte de territoires, de navires, de ports, etc… et donc à la stratégie ! Car pour s’enrichir, il faut s’approcher de tout ce petit monde, côtoyer les banques, les chantiers navals, les commerces et tavernes et allez au plus offrant en jouant sur les fluctuations de prix de chaque nation afin de faire fortune. Vous pouvez tout aussi bien les pillez si le cœur vous en dit. Et puis on n’y pense pas mais… il faut bien manger ! Et croyez-moi, vous avez intérêt à prévoir du stock car le vent peut vous ralentir en mer et un équipage à cours de vivres ne donne jamais un bon résultat…

Conclusion

Je prends la mer immédiatement. Adieu !

 

BONUS :

Allez on ne va pas se quitter si rapidement je vous laisse sur cette année 1994 rattacher chaque jeu à la console qui lui va bien sachant que certains jeux sont sortis sur plusieurs supports je n’accepterai que les bonnes réponses que j’attends (attention aux pièges)

Sans titre 1


Mots-clés: , ,

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *