PC-Engine : comment ont-ils fait pour booster une console 8-bits ?

La PC-Engine est une console 8-bits, c’est un fait. Pourtant, les polémiques sont nombreuses quant au statut réel de la bestiole. En cause, son processeur graphique 16-bits qui réalise des merveilles. Mais comment ont ils fait ?

L’architecture de la PC-Engine

La PC-Engine tourne grâce au Huc6280A, qui est un processeur 8-bits. Il s’agit du chef d’orchestre de la machine, c’est donc lui qui va organiser les données et leur transfert. Ce CPU est un peu spécial car comparé aux autres consoles, il partage son temps entre la gestion… et l’audio !

Pour bien comprendre comment notre processeur 8-bits et notre processeur graphique 16-bits communiquent, mieux vaut un bon dessin qu’un grand discours. Dans ce schéma, nous avons en 1 le Processeur, le fameux Huc6280A cité plus haut. Ce dernier est une variante made in Nec du 6502 utilisé dans l’Apple II, la NES, etc… Si vous voulez voir à quoi ressemble la carte-mère, je vous invite à regarder notre Techbox#6 consacrée à la machine.

En 2, la ROM (Read Only Memory). Pour les nuls en informatique, c’est là que sont stockés les programmes qui permettent de gérer la console.

Ensuite, la RAM en 3 (Random Access Memory). C’est une mémoire temporaire, plus rapide d’accès. La console y stocke les informations liées au jeu lui même.

En 4, le VCE (Video Color Encorder). Son rôle est d’encoder le signal vidéo vers la TV. Il est en communication directe avec le VDC (Video Display Controler) qui, lui, transforme les informations du VDC en fonction de la demande du CPU. En gros, le CPU dit quoi afficher et le VCE va le récupérer via le VDC.

En 5, le VDC justement! C’est lui le maître d’oeuvre de la partie graphique. Il va définir la palette de couleurs, la résolution et préparer toutes les informations nécessaires au VCE.

Enfin, en 6, la VRam, memoire destinée à sotcker toute les informations liées à la vidéo.

 

Euh…

Vous trouvez que ce n’est pas simple? Dans ce cas, prenons un exemple plus concret !
Vous êtes en train de jouer à un shoot’em up et tout d’un coup, un #+*@& d’alien vous tire dessus !

1 – Vous appuyez sur la touche bas.

2 – Le processeur va recevoir l’information et va réfléchir à ce que cela implique. Le vaisseau sera plus bas et le sprite légèrement différent. Comme c’est lui qui gère le tout, il envoie le détail du sprite sous forme de petit bout de programme au VDC.

3 – Le VDC reçoit l’information et l’interprète sous forme graphique, avec le nombre de couleurs, la résolution et la taille du sprite. Il met toute ces informations dans la mémoire Vidéo. Une fois que tout est prêt, il envoie tout au VCE

4 – Le VCE reçoit les indications de ce qu’il doit afficher, il encode le tout pour que ce soit compréhensible par la TV.

5 – Le sprite descend et vous évitez un missile !

Pour simplifier encore plus, comprenez qu’au lieu de s’occuper de tout, le processeur principal (8-bits et plutôt faible) délègue les tâches. Plutôt que de s’éreinter sur un travail trop gros pour lui, il préfère jouer le chef d’équipe et dire quoi faire à qui.
Et c’est bien pour cela que la PC-Engine était franchement au-dessus du lot malgré son processeur principal 8-bits. Parce qu’elle confiait la partie graphique et l’affichage à un processeur beaucoup plus puissant.
Comme quoi, même à l’intérieur des machines, on trouve des plus malins que d’autres  ^^

Voilà, j’espère avoir éclairer vos lanternes, n’hésitez pas à commenter, ou à poser des questions si ce n’est pas encore assez clair !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *