Le MSX Turbo R

Le MSX Turbo R, ne parlera pas à grand monde, même à ceux qui ont connu le MSX dans les 80’s. Ce fut la dernière version du standard MSX, celle qui sortait un peu des sentiers battus. Et ce n’est pas un hasard si cette machine est si peu connue…

Une étoile filante

Le standard MSX est abordé dans la (bientôt disponible) Techbox 8. Mais pour résumer, sachez que c’est un standard créé en 1983  par de grands constructeurs japonais afin de percer le marché en pleine expansion des micro-ordinateurs. A l’époque de sa sortie, en 1991, le MSX Turbo R représente la quatrième génération. Jusqu’ici les MSX tournaient avec un processeur Z80 et les modifications portaient surtout sur la quantité de mémoire embarquée et la carte graphique (apparue avec le MSX2).

Pour le Turbo R, le processeur a enfin été revu à la hausse avec un R800 compatible Z80, appartenant à la génération des ordinateurs 16 Bits. En 1991, Atari et Commodore se tirent déjà la bourre, Amstrad n’en finit plus de mourir et Sega entame un match contre Nintendo avec leurs console 16bits. Avec tout ça, on ne parle plus du standard MSX depuis belle lurette ! Bref, en dehors du Japon, c’est l’indifférence générale.

Un seul constructeur jouera le jeu en proposant deux modèles, c’est Panasonic. Le premier est le FS-A1-ST. Il embarque le même chip graphique que le MSX 2+ et 256 Ko de mémoire. La machine est rapide mais sa faible résolution fait un peu tâche à l’époque. La qualité sonore, en revanche, est exceptionnelle !

Moins de 6 mois plus tard, un nouveau modèle embarquant 512 Ko de mémoire, des prises midi et une mini-suite logicielle voit le jour : le FS-A1-GT. Les deux machines ne survivront pas bien longtemps et en 1992 Panasonic stoppe la production de cette machine véritablement hors norme.

Finalement, le plus regrettable, c’est le manque d’enthousiasme pour ce nouveau modèle. Peu de jeux tireront parti de la machine et le MSX Turbo R trainera une image vieillotte avec son Basic d’une autre époque et des contraintes de compatibilité.

Le MSX Turbo R aujourd’hui

Comme de plus en plus de machines rétro, le MSX Turbo connaît quelques projets actuels assez sympa. Le plus étonnant reste l’adaptation d’Agony,  célèbre shoot’em up de l’Amiga :

Bien sûr, dans ce cas précis il y a un peu de triche puisque la machine dispose d’une extension, la carte GFX9000. Il s’agit d’une cartouche basée sur une évolution du chip graphique destiné initialement au MSX3 (qui n’a jamais vu le jour), le V9990. C’est une cartouche sortie en 1994 et qui fonctionne un peu comme une 3DFX. Un port display sur la cartouche permet de brancher le moniteur et agit donc en « surcouche ».

Il faut savoir que des jeux sortent encore sur MSX Turbo R aujourd’ hui. Tout comme sur MSX, Dreamcast ou Megadrive, d’ailleurs. En effet, même s’il est peu connu, il figure au panthéon des machines mythiques ! Mais il est vraiment dommage qu’il n’ait pas eu sa chance…
Avec un peu de soutien de la part de ses créateurs et une meilleure communcation, il aurait pu se faire une place dans le cœur des joueurs et des programmeurs en herbe…

Et maintenant ?

Se procurer un MSX Turbo R de nos jours est une mission assez compliquée. Pour le prix, comptez 600/700€ au minimum, et ce sera en loose !
Ensuite, la disponibilité : voir passer un MSX Turbo R est assez rare vu le peu de machines produites.

Reste l’émulation, qui vous permettra de tester un peu la bestiole. Bien sûr, pour un usage courant, rien ne vaut la machine d’origine, mais soyons honnêtes : avec aussi peu de logiciels exploitant la machine, gardez votre argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *