Le marché du rétro ou la mort de la passion

 

C’est tellement facile de râler contre le marché du rétro, mais en même temps c’est tellement difficile de rester de marbre. Il y a quelques années, je m’étais indigné de la flambée des prix du rétro. Aujourd’hui, quand je fais le constat, c’est un peu tout le rétrogaming/computing qui ne ressemble pas à l’image que je m’en fais. Et il n’y a pas que les prix qui me font cet effet-là ! L’image aussi en prend un coup ! Laissez moi vous expliquer mon coup de gueule…


Sorti de Mario, point de salut

Déjà, ce qui m’énerve, c’est que quand on parle jeu vidéo rétro, les ordinateurs n’ont pas leur place. On parle de Mario et Sonic, mais Rick Dangerous et IK+, tout le monde s’en cogne ! Je ne comprends pas le désamour pour ce pan de l’histoire du retrogaming…
Il faut dire qu’en général, on s’intéresse aux objets et finalement assez peu à leur histoire. Une machine est bien ou nulle, et les meilleures intentions dont elle est issue ne changent rien à l’affaire. Alors les ordinateurs pensez-bien ! Il ne suffit pas de mettre une cartouche à l’intérieur et leur utilisation n’apporte pas grand chose, si ce n’est la satisfaction de faire fonctionner un très vieil appareil.

Ce qui est amusant, c’est que, paradoxalement, le marché du retrocomputing a bien plus flambé que celui des consoles ! L’Amiga par exemple, c’est devenu un truc de fou tellement c’est cher ! On a passé le cap des 100€ pour un Amiga 500. Et je ne vous raconte même pas l’Amiga 4000!!!!

Les prix de malades…

Autre objet de mon coup de gueule : ça y est le marché du retro est devenu un rassemblement de vautours prêts à tout pour se faire de la tune.
Mais ce ne sont pas vraiment les seuls à blamer. En effet, tant qu’il y aura des personnes prêtes à mettre 800€ dans une machine, les vendeurs n’hésiteront pas. Ce qui est intéressant, c’est que 90% des vendeurs ne sont pas fans de jeux vidéos, mais plutôt fans de leur portefeuille. Et encore, je ne parle pas des arnaques, seulement des ventes.

Soit on tombe sur quelqu’un qui ne sait absolument ce qu’il a et qui en veut une fortune, sans comprendre pourquoi il ne le vend pas. Exemple flagrant, il y a un mois ou deux, sur Ebay. Je vois un Aquarius aux enchères, prix de départ 15€. A deux jours de la fin et avec une enchère de 45€, le mec le retire pour le replacer en achat immédiat à 1200€. Certes, la machine est rare, mais là… D’autant que l’Aquarius n’est pas la machine la plus intéressante qui soit.

Le pire, c’est que la plupart de ces machines sont achetées pour la collection. Elles sont donc très souvent vouées à ne jamais être utilisées. Des centaines de machines qui resteront à jamais dans leur cartons, sans être allumées…

Une communauté pas toujours rock’n’roll

Voilà un autre point qui m’agace et me tient éloigné des forums de discussion : l’intransigeance des fanatiques.
Si généralement, tout se passe bien, il n’est pas rare de tomber sur de gros fans qui ne tolèrent AUCUN écart quant à leur machine.
Si t’as le malheur de dire que l’étiquette est à 3cm du bord alors qu’elle est à 5, tu passes pour un ignare. C’est valable pour à peu prêt tout et il ne faut surtout pas t’amuser à discuter si tu n’es pas certain. Vu depuis son clavier, c’est impardonnable de ne pas maitriser à 400% le moindre composant de la machine dont on parle.
Du coup, c’est compliqué de partager ta passion, vu que qu’on s’en fout de ce que tu penses et ce que tu ressens…

Un peu de bienveillance, un peu de gentilesse, ça ne fait pas de mal, c’est sympa. Et surtout, il ne faut pas oublier que l’on parle de Jeu Vidéo. Vous savez, le truc censé être de l’amusement, à la base ? Alors pourquoi toutes ces prises de têtes ? Je vous le demande ! Si j’ai créé Gamebox, c’est justement pour ne pas me prendre la tête ! C’est pour le fun, pour parler de ma passion, subjectivement, sans filtre et tant pis pour le reste.

Heureusement qu’il existe encore la possibilité d’étudier des machines anciennes et de trouver de vrais passionnés. L’association est géniale pour ça : on se retrouve et on rigole, tout ça autour de notre passion.

Voilà, c’était mon coup de gueule du jour. Parfois, ça fait du bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *