La Machine du Mois : la PC-Engine

SONY DSC

Pour le mois des mascottes, j’étais un peu embêté car je voulais parler d’une machine à part, mais avec une mascotte forte… Et puis l’évidence s’est imposée : je vais vous présenter une console qui aurait mérité plus d’exposition sur notre territoire : La PC-Engine.

Autant vous prévenir de suite : elle fait partie de mes préférées, je risque donc de manquer d’objectivité. Aussi pas la peine de m’envoyer lettres d’insultes/colis piégés et autres joyeusetés, j’assume complétement !
Comment une console comme la PC-Engine a t-elle pu en arriver là ? Comment est-il possible qu’une société de distribution se soit tollé à ce point ? Revenons sur l’historique de la bestiole pour bien comprendre.

Une console bien née

bonk-meatsCarrément bien née même ! Imaginez une petite machine 8 bits équipé d’un chip graphique 16 bits, le tout en 1987. A cette époque, c’est encore la NES et la Master System qui font référence. Alors, forcement, la PC-Engine fait sensation !
Dès les premiers jeux, on se rend compte que la PC-Engine surfe carrément dans une autre catégorie ! Pour l’histoire, la première concurrente de la Megadrive au Japon, celle qui lui a tenu la dragée haute, ce fut bel et bien la PC-Engine ! C’est pas compliqué, la console avait tellement convaincu qu’avant même l’annonce de son arrivée sur le territoire français, toutes les boutiques de jeux vidéo la proposaient en import ! Avec, en plus, les images relayées par les magazine français et l’arrivée d’un lecteur CD-Rom en 1988, le syndrome du « J’en veux une !!!! » s’est vite propagé. Alors, pourquoi ça n’a pas marché en France, hein ?
Assez simplement en fait. NEC envisageait une exploitation de sa console uniquement sur le territoire japonais. Mais vu son succès, la firme a voulu étendre la distribution au monde entier… et c’est là que ça a merdé (et pas qu’en France, je vous rassure).

Bienbien se gauffrer en 3 leçons

bonk-meats 21 – Pour assurer la distribution en France, la société SODIPENG (société de distribution de la PC-Engine) est chargée de modifier les consoles et de les préparer. Le souci, c’est que SODIPENG communique très mal et n’arrive pas à distribuer correctement la machine. De plus, si la console dispose d’une certaine réputation chez les connaisseurs, elle est inconnue du grand public. Comment est-ce possible ?
Et bien en 1989, le geek n’est pas aussi chic qu’en 2016. Le Jeu Vidéo reste un marché de niche n’intéressant que les boutonneux à lunettes. Pour le français moyen, seuls deux noms de consoles existent : Nintendo et Sega. Il n’en faudra pas plus et c’est bien dommage car les jeux japonais sont compatibles avec la version française !

2 – Pour les Etats-Unis, ce fut plus… artistique ! Le nom de la console fut changé en Turbografx-16, et elle fut même la relookée ! Cette manœuvre a surtout déboussolé le public, mais ce qui a vraiment tué la sortie de la console… c’est la Megadrive (ou plutôt la Genesis, pour le coup). Sega (qui est une entreprise américaine, rappelons-le)  est bien mieux implanté que NEC et s’impose plus facilement sur le sol américain.

3 – Il y a eu une petite dizaine de versions différentes de la PC-Engine (sans compter les accessoires), ce qui n’a pas vraiment aidé… CoreGrafx, CoreGrafx II, PC Engine DUO, DUO R, GT, Shuffle et j’en passe ! On s’y perd un peu et malgré le désir de NEC de proposer des machines de meilleure qualité, le public n’a pas cherché plus loin…

Les différentes versions

Attention, c’est parti pour le festival !

PC_EnginePC Engine : Première version, sortie en 1988. Elle est blanche avec l’inscription PC-Engine en rouge (c’est important). C’est la toute première version, avec ses défauts comme, par exemple, l’absence de branchement RGB. C’est donc via la prise antenne qu’il faut brancher la bestiole.

coregrafx

Coregrafx : Nouvelle mouture sortie en 1988. De couleur différente (noire avec l’inscription Coregrafx en bleu), cette console possède enfin la possibilité de se connecter en RGB. Le reste du changement tient plus dans les composants choisis, réduisant les coûts de production.

NEC PC-Engine CoreGrafx II, 1991

Coregrafx II : Un poil plus péchue que sa grande soeur (mais j’ai envie de vous dire que ça se voit à peine). Elle n’apporte au final pas grand chose par rapport à la Coregrafx.

gt_1024x1024

PC-Engine GT : Sortie en 1990, la version portable de la PC-Engine avec écran retro-éclairé et surtout, full compatible avec la ludothèque PC-Engine. Elle en a fait bavé plus d’un… et son prix en a calmé également plus d’un !

NEC-TurboDuo-Console-wController-L

PC-Engine Duo : Une fusion de la Coregrafx et du CD-Rom2. Vous noterez que l’on ne parle plus de Coregrafx

220px-PC_Engine_Shuttle

PC-Engine Shuttle : Anecdotique j’ai envie de dire, le Shuttle est une Coregrafx II recarossée avec une nouvelle manette… et c’est tout ! C’est censé être une Coregrafx à petit prix qui malheureusement n’est pas compatible avec le support CD…

jaquette_front

PC-Engine LT : Attention, version portable de luxe avec un écran LCD de 4″ repliable, un tuner TV et la possibilité de brancher une manette (une vraie !), mais incroyablement chère (normal, vu ce qu’elle proposait).  Bonus, la possibilité de le brancher sur lecteur CD-Rom2 ou 3.

PC-Engine-Duo-R

PC-Engine Duo R : Un bloc optique renforcé, une prise casque supprimée, un relooking de la PC-Engine Duo et hop, voici une PC-Engine Duo R ! Non, ne cherchez pas la nouveauté !

pc_engine_duo-rx

PC-Engine Duo RX : Une Duo R plus… une manette six boutons ! La rentabilité maximale selon NEC.

SONY DSC

Turbografx-16 : Version américaine de la Coregrafx sortie en 1990. Pas grand chose à dire, si ce n’est que la console a été relooké… et zonée !

NEC-TurboGrafx-16-CD-FL

Turbo CD : Pas besoins d’épiloguer non plus sur cette version US du CD-Rom2, c’est la même chose mais zonée elle aussi !

pcengine-cd

CD-Rom2 : Alors, ne me demandez pas ce qu’il en est du CD-Rom1, je n’ai connu que cette version. Le CD-Unit est composé d’un lecteur CD-Rom démontable et d’un emplacement pour la PC-Engine, la Coregrafx ou la Coregrafx II. L’avantage par rapport à tout ce qui est Sega, c’est qu’il n’y a qu’un seul cable alim et un seul câble vidéo. C’est propre quoi ! Premier système oblige, il n’est pas compatible avec les jeux Super CD-Rom sauf si vous possédez la PC-Engine Super System 3 (oui, accrochez-vous, il va falloir suivre là…).

Super-CD-ROM2-8-932x620

Super CD-Rom3 : Upgrade de votre console, possibilité de lire les Super CD-Rom…De quoi transformer votre PC-Engine en Duo R compatible avec la Supergrafx.

nw1DzRV

Carte Arcade CD-Rom : Une simple update de votre système, mais qui permet de faire tourner une vingtaine de jeux en exclusivité.

Pour expliquer plus en détails, vous aviez le System Card (v1.0, 2.0 et 2.1 à droite sur la photo) qui était un firmware permettant à la PC-Engine de lire les CD-Rom. Sans cette carte, impossible de lire quoi que ce soit, votre CD-Unit ne sert à rien. Avec l’arrivée des Super CD-Rom, une mise à jour était nécessaire : la version 3.0 (fournie avec le Super CD-Rom3, au milieu sur la photo). Et comme NEC a modifié la façon de lire les CD, ils ont fourni un nouveau firmware : l’Arcade Card (à gauche, donc…).

turbotap

Multitap : Impératif si vous avez des potes, la PC-Engine ne disposant que d’une seule prise manette, quelle que soit la version !

s-l300

Video booster : Stabilise l’image et surtout, pour les possesseurs de PC-Engine, offre la possibilité de brancher sa console en RGB.

SuperGrafx-Console-Set

Supergrafx : Je n’en ai pas parlé car la Supergrafx est un cas à part. Ce n’est pas la même console, mais elle est 100% compatible avec les jeux de la PC-Engine on peut même y brancher un Super CD-Rom3 !

Les jeux à connaître

bonk-meats 3Il y en a tellement ! Super Star Soldier, les conversions Sega comme Outrun ou Fantasy Zone, PC Kid, forcément, R-Type ou encore les Bomberman. Avec la ludothèque de la PC-Engine, difficile de ne pas trouver son compte^^ A noter, une excellente version de Street Fighter II (mais munissez vous d’une manette six boutons sinon c’est injouable !).
Par contre, il y a une chose dont il faut se méfier : une majeure partie de la ludothèque PC-Engine est composée de jeux très « japonais ». Rien de sale là-dedans, mais ce n’est pas la même culture pas forcément la même approche. Ces titres font tantôt appel au folklore japonais (Sonson II), tantôt à des catégories de jeux vraiment barrés (NDSetzer : un parfait exemple avec Toilet Kids, enregistré durant le podcast), d’autre encore sont des adaptations de manga ou d’anime (City Hunter, Cobra, 3×3 Eyes). De plus, beaucoup sont uniquement en japonais, ce qui ne va pas vous aider si vous êtes fan de RPG et de dialogues soignés…

S’acheter une PC Engine

bonk-meatsLà, ça se complique un peu, car tout dépend ce que vous voulez. Si vous ne connaissez pas la PC-Engine, commencez tout doux avec une Coregrafx I ou II. Le budget de base est d’environ 100€ minimum pour dégoter une console en bon état.
La machine est compatible avec les jeux japonais, vous trouverez donc facilement des lots sur Internet, et ce à des prix raisonnables. Un conseil : prenez un peu de temps pour vous renseigner sur les jeux, les vendeurs de lots en profitent toujours pour caser quelques titres de merde. L’avantage, c’est que vous vous en tirerez à moindre frais et que cela vous permettra de voir si vous accrochez avec cette console.

Si vous êtes déjà sûr de vous, je vous conseille une PC-Engine Duo (peu importe le modèle), au moins vous avez déjà tout ce qu’il faut pour démarrer sereinement.

Dans tous les cas, je vous déconseille la PC-Engine première version. Elle n’est pas chère, mais ne dispose pas de prise RGB. Evitez également la Turbografx 16, à moins que vous ne soyez collectionneur. Cette machine n’est pas compatible avec les versions jap ou françaises (l’adaptateur coûte 150€ !) et le lecteur de CD-Rom est affreusement cher… et zoné !!
Pareil pour le Shuttle, vous pouvez le trouver pas trop cher,  mais vous fermez la porte au support CD et ce serait franchement dommage…

Et bien sûr, si vous êtes collectionneur, vous n’avez pas besoin de moi : achetez tout ce qui passe ! ^^

A qui ça s’adresse ?

bonk-meats 2A tout le monde ! Si vous aimez le retro, vous devez avoir essayé, au moins une fois, cette console.
Elle est un peu plus chère qu’une Megadrive ou une Super Nintendo (encore que, les prix continuent de grimper…), mais la ludothèque est aussi fournie que ce que le prix des jeux est bas !
Beaucoup de gros hits ont été convertis, vous ne prenez donc pas de gros risques en misant dessus. Cette console est magique et moi, j’en suis fan !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *