La Machine du Mois : le C64

Commodore64

Mois rétro oblige, on parle d’une machine sur laquelle nous n’avons pas tant écrit que ça : le Commode C64 !
U
ne machine qui est (et restera) une machine culte pour bon nombre d’utilisateurs, une machine qui n’a pas été si répandue que ça dans nos contrées, mais qui a connu un très gros succès outre-manche et outre-Atlantique, nous offrant de magnifiques moments de jeux vidéo.

5694163140_df094f455e_oCommodore sur une bonne lancée

La machine est arrivée pour succéder au Commodore VIC-20 avec une idée très simple : offrir la meilleure machine au meilleur prix ! Ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit, le C64 n’est pas pour autant un ordinateur au rabais puisqu’il possède des capacités graphiques et sonores bien supérieures au VIC-20 et tiendra la dragée haute à ses deux concurrents directs que sont la gamme des 8-Bits d’Atari et bien entendu l’Apple II (et oui, c’est toujours un peu la même histoire…).
Nous sommes en 1982, l’Amstrad CPC n’est pas encore là, laissant le temps au C64 de se faire une place au soleil et dans le cœur des joueurs.

5694163140_df094f455e_oDes records de vente inégalés…

Le C64 a très bien marché, au point que Commodore a eu beaucoup de mal à trouver un successeur à la hauteur… En même temps, ils s’y sont pris comme des pieds ! Commodore sortira, coup sur coup, deux flops mémorables : les C16 et C Plus/4, machines non compatibles avec le C64 et n’ayant pas le soutien des éditeurs (ce qui signifie une mort à coup sûr…). Commodore fera machine arrière et c’est finalement les C128 et C64C qui reprendront le flambeau. De toute façon, jusqu’au rachat in-extremis d’Amiga Corp. et l’arrivée de l’Amiga, on avait surtout l’impression que Commodore ne savait pas vraiment comment s’y prendre pour continuer après cette machine à succès.

5694163140_df094f455e_oLes jeux à connaître

Alors ce ne sont pas les titres qui manquent ! Je vais vous donner mon best of à moi perso (comme d’hab’ quoi^^) :

  • Turrican 1 & 2 : C’est sur cette machine que sont nés ces deux merveilles de Manfred Trenz, et non sur Amiga. Très difficiles mais le génie transpire de ces titres qui exploitent parfaitement le C64, et vous en prendrez plein les mirettes !
  • Uridium : D’un autre génie du C64, Andrew Braybrook en l’occurence. Un scrolling à tomber et un gameplay bien travaillé. Un hit incontestable.
  • Katakis/Denaris : Conversion officieuse de R-Type par Manfred Trenz encore une fois.
  • Impossible Mission : Ce jeu est un incontournable à mes yeux, pas transcendant techniquement mais prenant!
  • Paradroïd : D’Andrew Braybrook de nouveau. Un jeu possédant un gameplay plus profond qu’il n’y parait.
  • Nebulus : Un jeu qui s’articule autour d’un principe simple : on doit grimper le long du tour jusqu’à son sommet. De la plateforme classique dans le fond, mais divertissante dans sa forme.
  • Lode Runner : Vous voulez du classique ? Vous l’avez !

5694163140_df094f455e_oS’acheter un C64

Le C64 s’accroche encore à un prix raisonnable (profitez-en, car vu la flambée des prix du rétro depuis quelques années, ça ne durera surement pas). Oubliez le C128 qui reste un peu cher. Comptez 50/60€ pour un C64 en état correct. Après, reste le support, cassette ou disquette 5 1/4. Dans les deux cas, je pense que c’est à oublier car, même si vous trouvez des jeux, ce sont des supports peu fiables dans le temps. Je vous encourage plutôt à acheter un émulateur de lecteur de disquette au format carte SD. Je n’encourage pas le piratage ! Au contraire : achetez vos jeux… mais jouez-y sur SD ! En plus, ça les préservera! (40/50€ pour les modèles les plus chers, 20/25€ si vous en trouvez un d’occasion ou si vous le montez vous-même…). Les jeux ne sont pas très chers mais, comme je l’ai dit plus haut, les supports vieillissent mal !

5694163140_df094f455e_oA qui ça s’adresse ?

Aux collectionneurs et aux nostalgiques. Les curieux pourront essayer, bien sûr, mais risquent de ne pas accrocher. Si vous en doutez, essayez tout de même un émulateur auparavant, histoire de savoir à quoi vous attendre.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *