Le Jeu Vidéo VS Le Reste du Monde – Stop le poisson rouge

Le mois de novembre…
Le froid qui arrive, la morosité, la fin dans le monde, les attentats, les SDF qui meurent de froid… bref la mort à tout va.
Cela tombe bien me direz-vous car la mort est le thème du mois, mais plutôt que d’en discuter, jetez donc un oeil sur les dossiers, articles et magnifique dessin de couverture que vous propose Gamebox !

Donc non je ne vais pas parler de la mort. Les médias s’en chargent déjà assez comme ça en ce moment.
Non, à la place non allons étudier qui est le plus fort entre le jeu vidéo et…
[roulement de tambour]
Stop le poisson rouge !

1 – Pourquoi… MAIS POURQUOI CE SUJET ? (rappel des faits)

Au milieu des TGV qui déraillent et des concerts qui explosent, il y a de la lumière.
C’est tout naturellement que cette lumière, fournie par le soleil, avait décidé, en ce 10 novembre 2015, de péter le feu plus haut que son derche.
Elle décida de s’abattre sur un appartement de Pontarlier, dans le Doubs, et plus précisément sur une table en osier.
Ce que ne savait pas le soleil, c’est que se trouvait sur cette table un bocal contenant Stop (c’est son nom) le poisson rouge.
Et il arriva ce qui devait arriver : la lumière fit se déclarer un feu sur ladite table et la fumée se propagea, alertant les voisins qui alertèrent à leur tour les pompiers.
Les pompiers arrivèrent et… fin de l’histoire : point de feu sur place.
Sous l’effet de la chaleur, le bocal de Stop éclata, l’eau se répandit et le feu fut fini, Les pompiers ne servirent à rien.

Voici les dégâts causés. Heureusement que Stop était là...

Voici les dégâts causés. Heureusement que Stop était là…

2 – Stop, plus un geste !

Il était donc inutile mais totalement indispensable d’analyser et de comparer ce poisson avec le Jeu Vidéo. CQFD !
Faisant écho au thème de la mort étudié ce mois-ci mais de manière fortuite, signalons d’abord que Stop a survécu. Et oui !
Ce qui nous amène à nous poser certaines questions…

3 – Stop est-il immortel et envoyé par une puissance extra-terrestre ou autre ?

A cette question on peut se permettre de répondre par un grand NON, car la science a prouvé que la chaleur nécessaire pour faire éclater le bocal peut très bien ne pas faire bouillir l’eau derrière le verre. Les températures de travail du verre s’échelonnent entre 550°C et 1300°C. Au-dessous de 550°C, la dévitrification est possible quand le verre a perdu toute plasticité. Dans les fours, le verre est complètement fluide à 1400°C; la viscosité est faible. A 1300°C, nous atteignons un point improprement appelé point de fusion (un verre n’a pas de courbe de cuisson avec palier défini). C’est un point de travail car au-dessus, on peut commencer certaines opérations comme le laminage, la coulée des glaces. Il s’agit plutôt d’une région que d’un point variant avec la composition du verre. A 550°C on observe un point de transformation où l’on passe d’un état plastique à un état vitreux solide.
Le verre devient cassant et ses molécules, ou mieux, ces granulations, n’ont plus entre elles qu’une mobilité extrêmement faible.
Il est donc tout à fait possible pour un poisson rouge de survivre à l’éclatement de son bocal sans intervention d’ordre génétique ou extérieur (E.T. et ses amis les Klingons). Une température supportable pour ces poissons étant situé dans la fourchette de 1°C à 30°C, il peut exceptionnellement supporter de plus fortes températures si la durée d’exposition reste ponctuelle et courte.
Comme le Jeu Vidéo (ou les chats), un poisson rouge peut donc avoir plusieurs vies, mais c’est dû plus à de la chance qu’à une réelle compétence supra-normale.
On constate ici que le Jeu Vidéo supporte lui, bien plus mal les températures excessives, le plastique des cartouches, des CD, DVD, des Blu-ray, des consoles et les autres matériaux et composants pouvant vite rendre l’âme en cas d’incendie ou d’exposition à de fortes chaleurs.

The InfoVisual.info site uses images to explain objects.

4 – Stop a-t-il des poumons hors normes ?

Là aussi, le poisson rouge, comme tous les poissons, bénéficie d’une anatomie hors norme lui permettant de vivre en apnée pour ne remonter chercher de l’air que rarement, une partie de son oxygène provenant du filtrage de l’air dans l’eau via ses branchies. A noter que son odorat via des narines est extrêmement développé et joue un rôle essentiel dans la détection de la nourriture et dans la sexualité : les narines ne communiquent cependant pas avec la bouche et ne peuvent donc servir à respirer. Ceci est le rôle des branchies donc, système qui hors de l’eau lui permet de survivre difficilement mais longtemps malgré les apparences.
A contrario si un Jeu Vidéo ou une console ne respirent pas à proprement parler, ils nécessitent une ventilation continue afin d’assurer un refroidissement constant empêchant des montées en température destructrices ainsi que, dans une moindre mesure l’accumulation de trop de poussière jouant là aussi un rôle déterminant dans la régulation de température.
A priori le poisson rouge serait là aussi plus compétent en la matière bien qu’il y ait nécessité de faire des test plus avancés pour confirmer sa supériorité.

Mais quel est donc son secret...

Mais quel est donc son secret ?

5 – Stop, arrêtons là !

Bref, c’est triste à dire mais le poisson rouge bat les jeux vidéo. Nous pouvons donc légitimement nous demander : à quand un Ecco the Dolphin version Stop the Goldfish !?

Eliane peut vivre en paix : Stop veille sur elle !

Eliane peut vivre en paix : Stop veille sur elle !

NB : merci à RTL pour m’avoir fait connaitre ce petit poisson et à L’Est Républicain pour avoir mis une image sur mon nouveau héros dont les photos publiées ici proviennent de cet article


3 commentaires

  1. Julien novembre 21, 2015 2:24   Répondre

    « une partie de son oxygène provenant du filtrage de l’air dans l’eau via ses branchies. »
    Je ne suis pas biologiste marin mais… c’est la totalité du dioxygène que Stop consomme qui provient de ses branchies. Le principe est simple : l’eau rentre d’un côté, traverse des tissus fins très vascularisés, le dioxygène dissout dans l’eau est alors extrait et passe dans le sang, puis l’eau ressort.
    Cela ressemble dans le principe à nos poumons, au détail près que notre organe respiratoire dispose d’une entrée commune à la sortie…
    De fait, Stop ne peut vivre indéfiniment à l’air libre. Or, si nous rendons une console résistante à l’eau, en protégeant ses circuits, elle pourrait rivaliser avec Stop sans problème.

  2. Freddy novembre 21, 2015 6:20   Répondre

    Oui mais c’est mon article alors si je veux raconter des conneries et dire que Stop est un highlander maitre dans le maniement du sabre et du bocal et bin cela sera ma vérité. Repends toi mécréant et attends toi à ce que Stop armé de son sabre frappe à ta porte avec ses nageoires !
    Non mais si on ne peut plus dire n’importe quoi : « où va nous »?!

    Confraternellement

    (ps : sinon oui dans le monde réel tu as raison)

  3. Setzer novembre 28, 2015 10:15   Répondre

    Il était important que nos lecteurs sachent toute la vérité sur les poissons rouges IRL et sur Stop.
    Merci pour ces leçons de biologie marine, les gars !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *