La théorie du MSX

Spectravideo_SV-318

Ce qu’il y a de bien quand on fait un blog, c’est qu’on n’est pas obligé d’écrire quelque chose de prédéfini. Du coup je peux divaguer sur mes états d’âmes comme je le souhaite, sans qu’on me dise quoi que ce soit. C’est magnifique !
Je vais donc vous raconter une histoire triste mais qui – heureusement – finit bien. Enfin quand je dis triste, je me comprends, c’est juste pour ajouter un peu de sentiments à cet article. Quand j’étais (beaucoup) plus jeune, mon père avait jeté son dévolu sur un Spectravideo SV318. Ne me demandez pas pourquoi cette machine, je ne lui ai jamais posé la question. Pourtant, à l’époque, il y avait du choix (C64 au pif, comme ça…), mais revenons au SV318 !
Cette machine, méconnue dans nos contrées, ne méritait pas vraiment le nom de MSX. Non, le SV318 était plus une esquisse (bien avancée quand même) de ce qu’allait devenir le MSX.

quickshot

La Quickshot, la vraie!!!!

Grandeur, décadences… et encore décadences !

La machine est arrivée à la maison avec son lecteur de cassette et sa manette Quickshot (oui, la vraie !!!) . Ce qui m’a tout de suite étonné, c’est son petit joystick sur le côté droit (« C’est pour jouer ! C’est obligé ! » me disais-je). Petit détail amusant, il y avait un autre petit joystick de remplacement dans la boîte au cas où l’original casserait^^
Premier branchement et premiers émois : la machine affiche de la couleur et ça, c’est déjà du nouveau pour nous ! Ensuite, elle fait du son !! Oui, du son avec de la musique et des bilip-bilip. Du son quoi !!!! OK, vous ne comprenez pas pourquoi je m’excite ? Imaginez que votre votre premier contact se fasse avec un ordinateur qui affiche de gros, de très gros pixels en noir et blanc, tout en demeurant totalement muet, et qu’un jour on vous donne la couleur et le son. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit hein ! J’étais déjà émerveillé par le ZX81, mais le Spectravideo promettait tellement plus.
Il y avait deux jeux avec la machine : Spectron et Armoured Assault. Le premier était un clone de Space Invaders et le deuxième proposait d’éliminer son adversaire grâce à un tank, dans des décors plus ou moins aléatoires. Là, j’y étais, je me disais que nous disposions d’une machine de guerre ! Quelques mois après l’acquisition de la bestiole, un de nos voisin s’achète un MSX Sony, un vrai ! Et là, j’ai eu mal…deux fois !

Spectron, le clone de Space Invaders

Spectron, le clone de Space Invaders

Nos voisins nous invitent chez eux et, pendant que les parents discutent, les enfants découvrent le fameux MSX. Premier jeu : Salamander. Là j’ai été accro dès les premières minutes. Ce fut le knock-out le plus rapide de ma vie. Ce jeu m’a tellement marqué !!! Ses graphismes, sa musique, sa jouabilité : tout était bon ! Deuxième coup de semonce : Penguin Adventure… J’en avais assez, il fallait que je puisse jouer à ces jeux à la maison. Mes voisins, sympas, m’ont prêté les deux jeux… Et moi j’ai couru jusqu’à l’ordinateur, pour rapidement mettre en oeuvre mon plan diabolique : jouer jusqu’à plus soif ! Mais quand j’ai constaté que le port cartouche n’était pas assez grand, j’ai compris que le Spectravideo n’était pas un vrai MSX… Ce fut un coup dur, un vrai.

Armoured Assault

Armoured Assault

Histoire d’en rajouter un peu plus, cet ordinateur, qui disposait d’atouts non négligeables (la musique, pas de couleurs qui bavent, comme les Thomsons), me fermait inexorablement ses portes. Le MO5 fit son entrée à la maison et scella le destin de notre Spectravideo. En effet, je n’ai jamais vraiment réussi à le programmer. Autant sur la gamme Thomson, il y avait bon nombre de livres et de programmes à retaper, autant le Spectravideo, c’était plus compliqué : la machine n’étant pas un vrai MSX, tous les programmes à retaper pour MSX ne passaient pas… Pire, je n’avais pas les compétences pour corriger ça ! Ajoutons à cela l’absence de logiciels permettant de dessiner (comme Colorpaint sur Thomson) et me voilà avec une grosse déception… Je n’ai jamais vraiment réussi à programmer de trucs sympas sur ce Spectravideo (pas comme sur Thomson, justement !)

Ma dernière acquisition pour me rattraper!

Ma dernière acquisition !

Ecris l’histoiiiiiiiiiiirreeeeuu….

Seule l’arrivée du ST m’a permis de tourner la page du Spectravideo. Mais après avoir croisé la route d’autres MSX, je savais que j’étais passé à côté de quelque chose. C’est pour cela que j’ai acquis, il y a peu un MSX, un vrai ! Je n’ai pas encore eu le temps de bien le roder (je devais le préparer pour le Virtual Calais, mais un câble vidéo récalcitrant en a décidé autrement…), mais je vais me rattraper, je le promets. Et là, à moi les Metal Gear, Goonies et… Salamander !
Voilà, cette histoire se finit bien, c’est vrai mais je ne peux m’empêcher de penser que si mon père avait craqué pour un C64 à l’époque, l’histoire aurait pu être bien différente…

C’est ce que j’appelle la théorie du MSX : une machine prometteuse et techniquement vouée à se faire plaisir, mais à côté de laquelle on passe sans rien pouvoir y faire, en sachant qu’on rate un truc juste énorme.

6 commentaires

  1. Olivier octobre 11, 2015 11:18   Répondre

    Superbe l’histoire de ton Spectravideo !
    C’est un bel ordinateur pour collectionneur !

    • Nicolas octobre 11, 2015 12:40   Répondre

      Oui, c’est vrai que pour un collectionneur c’est une belle machine! J’ai de la chance d’avoir encore le miens avec le carton d’origine^^

  2. Olivier octobre 11, 2015 7:25   Répondre

    Carrément, et en carton en plus !
    Pour ma part, celui qui a le plus de valeur en carton que je possède c’est l’hector hrx. Ça faisait longtemps que je le voulais celui là !

  3. Setzer octobre 11, 2015 8:25   Répondre

    T’es pas rancunier : tu l’as gardé ton Spectra !

  4. Narmer janvier 12, 2020 7:37   Répondre

    Bonsoir Nicolas

    j’ai toujours mon SV318 mais il ne fonctionne plus
    mais j’ai toujours les cassettes de jeux
    bonne continuation salut !

    • Nicolas janvier 12, 2020 7:41   Répondre

      Alors garde le, les Spectravideo se font rare de nos jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *