Destiny – l’espace, creuset de tous les possibles.

Avec des avancées et théories scientifiques de moins en moins farfelues (quoique…), il est important pour tout univers de science-fiction de garder une certaine crédibilité qui s’insère un tant soit peu dans les dogmes communément acceptés au XXIème siècle.

star wars - vitesse lumière Chewie!

Star Wars : La vitesse lumière plus rapide que la lumière!

Si Star Wars pouvait se contenter d’un simple Dans une galaxie lointaine, très lointaine… pour justifier l’intégralité des bizarreries de son univers, le public est globalement plus exigeant face aux productions actuelles. Dans le Jeu Vidéo, il appartient aux développeurs de créer quelque chose de cohérent, sans noyer pour autant le joueur sous une tonne de pseudo-explications mystico-scientifiques qui risqueraient de le faire fuir.

Halo : Un univers dense, cohérent parfois mal exploité.

Halo : Un univers dense, cohérent parfois mal exploité.

C’est ainsi que des univers comme ceux de la saga Halo ou Mass Effect s’efforcent de proposer une évolution possible de l’humanité vers l’ère interstellaire, d’apporter quelques explications plus ou moins scientifiques aux procédés du voyage spatial, et se gardent bien d’incorporer dans leur jeu des pouvoirs magiques ou d’autres invraisemblances qui pourraient nuire à l’immersion du joueur.

 

 

 

Mais avec Destiny, Bungie s’est carrément lâché dans l’exercice inverse et veut nous faire croire que le jeu se déroule dans un futur possible de l’humanité.
Destiny est un pseudo MMO-FPS dans lequel on s’aventure à travers tout le système solaire pour mener une guerre face à plusieurs races extra-terrestres qui ont décidé de s’emparer de notre petit coin de galaxie. On combat sur Terre, sur la Lune, sur Vénus, sur Mars ou encore sur un croiseur extra-terrestre aux abords de Saturne. Quel que soit le sol que l’on foule, le joueur saute toujours à la même hauteur et court toujours aussi vite, se fichant royalement des lois élémentaires de la physique spatiale. La gravité plus faible de la Lune ? On s’en fiche ! Vénus est trop chaude le jour et trop froide la nuit ? On s’en fiche ! Les lois de la gravitation et de pénétration dans l’atmosphère ? On s’en fiche aussi. Et puisqu’il serait franchement chiant de mettre 6 mois pour aller de la Terre à Mars, on se fiche aussi des contraintes de déplacement luminique !

le roi des corrompus

Destiny : Des supers pouvoirs dans un univers qui se veut réaliste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puisque l’invraisemblance ne fait pas peur aux développeurs, les personnages disposent de pouvoirs élémentaires (éclairs cryoélectriques, marteaux de feu solaire, arc abyssal…) tous plus irrationnels les uns que les autres et doivent récupérer des ressources aux noms étranges, comme des filaments d’hélium, pour ne citer que l’une des plus tordues.
Dit comme ça, on pourrait croire qu’il serait difficile de projeter cet univers dans l’avenir de l’humanité et de nous le faire avaler… Et pourtant, c’est le tour de force réussi par Bungie grâce à une introduction magnifique et une entité mystérieuse nommée Le Voyageur.

Tout commence par l’arrivée d’une capsule spatiale habitée sur le sol martien. Son allure est proche des capsules Apollo qui se sont posées (ou pas, diront certains) sur la Lune dans les années 60-70. La tenue des cosmonautes qui en descendent n’est guère plus moderne. Tout est mis en scène pour éveiller dans la conscience du joueur ce souvenir historique des premiers pas de l’Homme sur la Lune et lui faire accepter que ce qu’il va voir est forcément une réalité possible. La première empreinte de pas sur Mars apparaît en gros plan avec, en surimpression, ce simple texte : THE PLANET MARS present days, qui laisse la place au même texte en français, puis en japonais.

destiny intro 01 destiny intro 03

Les premiers plans filmés de la planète rouge sont semblables à ceux que les petits robots de la NASA nous ont habitué à reconnaître comme le charmant paysage désertique à forte dominante de rouge (n’en déplaise aux petits hommes verts) spécifique à Mars. Quelques défauts de colorimétrie des images laissent à penser qu’elles ne sont plus toutes jeunes ou que la technologie utilisée n’est pas parfaite dans cet environnement hostile.
Mais ce qui surprend le plus, c’est que les trois cosmonautes sont armés de fusils automatiques. De quoi se demander immédiatement si nos explorateurs s’attendent à ne pas être seuls dans ce grand désert ?

Des armes automatiques pour explorer Mars ?

Des armes automatiques pour explorer Mars ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils font route dans une direction précise, arpentant une montagne rocheuse aux pentes escarpées. La caméra change régulièrement de plan, proposant déjà une vue à la première personne quand un des cosmonautes dérape et manque de faire une chute de quelques dizaines de mètres.
L’ascension continue et ils parviennent au sommet. La caméra se place alors derrière les explorateurs et nous dévoile une sphère gigantesque suspendue dans un ciel orageux. A ce moment là, le petit scientifique en moi aurait du se dire : «De l’eau dans le ciel martien ? Ce truc est en train de terraformer Mars !». Euh… non. Je ne me dis rien du tout tant c’est beau et que je suis déjà à fond dedans.

 

destiny intro 04

Ecran noir, titre : DESTINY.

destiny intro 06

La réalité est désormais là, on est pris dedans et Bungie n’a plus qu’à poser les bases de sa mythologie fantastique pour nous plonger dans son univers, sans qu’on rechigne à accepter toutes ses incohérences.

destiny intro 05

La carte animée de l’intro de Destiny.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec quelques mots et un dessin simpliste de l’évolution du système solaire, le narrateur nous explique que cette grosse boule aperçue dans le ciel martien se nomme le Voyageur. Il est venu de nulle part et a transformé la plupart des planètes du système pour qu’elles deviennent accueillantes pour l’Homme. Les cartes de grimoire, que l’on débloque progressivement dans le jeu, nous confirmeront, par la suite, que le Voyageur n’a pas seulement terraformé Mars, Vénus, Mercure ou la Lune : il en a aussi modifié la gravité ! Ce qui a du s’avérer bien pratique pour les développeurs du jeu…

Ce fut l’Age d’Or de l’humanité : colonisation spatiale, espérance de vie de plusieurs siècles, progrès scientifiques incroyables, paix et prospérité pour tous… jusqu’à ce qu’on découvre que le Voyageur avait un ennemi implacable : les Ténèbres. Ces derniers n’ont pas tardé à débarquer dans notre système solaire pour nous mettre une sacrée raclée. Ce fut la fin de tout… mais aussi un nouveau départ.
Les bases sont posées et le joueur est prêt à plonger dans cet univers fantastique qui n’a dès lors plus rien de fantasque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *