Gamebox – Dossier du mois – Dans jeu vidéo, il y a vidéo

Contrairement à ce que les spécialistes veulent nous faire croire, un jeu vidéo ce n’est pas qu’un gameplay. C’est même carrément secondaire dans certains cas. Nicochef nous l’a prouvé, Dead Or Alive Extreme Beach Volleyball ne se vend pas grâce à ses qualités sportives, mais plutôt grâce à des décolletés largement plus profonds que les phases de beach-volley

Ça se voit qu'on vous vend un jeu de beach-volley là, non ?

Ça se voit qu’on vous vend un jeu de beach-volley là, non ?

La preuve également avec les jeux d’aventure Telltale (The Walking Dead, Game Of Thrones) ou encore les récentes productions de David Cage (Heavy Rain, Beyond Two Souls, Detroit Become Human). Ces titres tiennent plus de cinématiques interactives que de vrais jeux vidéo. Ici c’est le scénario avant tout puisque vous vivez une histoire sur laquelle vous allez avoir plus ou moins d’impact (plutôt moins, en fait). Mais c’est normal : c’est leur principe, leur identité.

PEGI 18

L’identité justement, c’est ce qu’on touche directement quand on pratique la censure. Par exemple, lorsqu’il est décidé d’enlever des éléments s’apparentant à des religions existantes (sujet extrêmement sensible), ou encore de changer la couleur du sang (le rouge, c’est trop réel, mais le vert, ça passe), et bien sûr de rhabiller certains personnages féminins (mais pas trop, parce qu’elles doivent rester hyper-sexualisées).

La version Director’s Cut de Resident Evil (PS) s’est, en partie, vendue sur ce côté non-censuré, avec une intro en couleurs et des membres coupés bien visibles. Bien sûr, ça ne change rien à la qualité très relative du film et de ses acteurs. Mais quand on achète un jeu d’horreur, c’est ce qu’on est en droit d’attendre.

Joseph  !!!!

Joseph  !!!!

Dans le même ordre d’idée, la version Megadrive de Mortal Kombat s’est mieux vendue que son homologue Super NES. Le fond du jeu est scrupuleusement identique, mais du sang bien rouge, c’est mieux que de la sueur.
Et si on préfère qu’il y ait plein de sang, ce n’est pas forcément pour plus de réalisme. Au contraire, dans l’exemple de Mortal Kombat, c’est tellement exagéré que ce n’est pas crédible une seconde. En fait, c’est tout simplement parce que c’est plus fun ! Du coup, censurer cet élément du jeu provoque l’effet inverse, puisque c’est lui donner plus d’importance qu’il n’en a réellement. Sans sang (lol), on croit atténuer la violence du jeu, alors qu’avec, ça en devient presque comique. Tout cela prouve que, sous son apparence réaliste, MK n’est pas un jeu à prendre trop au sérieux.

Alors oui, les éléments visuels, ça compte ! Ce n’est pas pour rien qu’on parle de jeux VIDÉO. Et si on achète des jeux classés « 18+ », c’est essentiellement pour leur côté sexe, drogue et rock’n roll.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *