Offrir un jeu vidéo

Noël est passé. Et si ma bibliothèque s’est bien (trop) étoffée, ma ludothèque n’a, pour sa part, connu qu’un seul ajout. Un ajout que j’avais souhaité, d’ailleurs… surprenant ! Dès lors, je me suis interrogé sur comment s’assurer le succès en offrant un jeu vidéo.

Suggérer…

Confieriez-vous la liberté à vos proches de vous offrir un jeu sans guère d’indications, sinon le support ciblé ? Pendant longtemps, je n’ai pas pris ce risque : ils recevaient une liste dans laquelle plusieurs titres me plaisant étaient décrits. Dès lors, il était possible de garder un soupçon de surprise et surtout l’assurance de ne pas se tromper. Quoique le jeu offert peut finalement s’avérer décevant en y jouant…

Ou laisser faire ?

Las de ne susciter qu’une succincte réflexion dans les cadeaux qui me sont offerts, j’ai décidé de ne pas faire de liste pour Noël dernier. Pour éviter une déconvenue totale, je rappelai toutefois les consoles dont je dispose. On n’est jamais trop prudent !

J’aurais pu hériter d’un jeu issu d’une précédente liste et non choisi à l’époque – approche habile, quoique peu surprenante – mais ce ne fut pas le cas. Je craignais d’avoir un jeu « tête d’affiche », comme FIFA ou Call of Duty. Je ne fus pas loin du compte, puisqu’en déballant mon cadeau, je me vis entre les mains avec Assassin’s Creed : Rogue.

Je n’ai pas éclaté de joie, certes. J’ai rapidement entendu quelque chose du genre : « J’ai gardé le ticket. On peut le changer…« . Plutôt que céder à l’affolement, je préférai jeter un rapide coup d’oeil aux critiques du net : un énième Assassin’s Creed pas si différent du précédent ? Qu’importe, je n’ai jamais joué à cette série. Pas de multi ? Ce n’est pas ce que je recherche. Durée de vie faiblarde ? Tant mieux, j’ai peut être un espoir de le finir. De fait, j’ai gardé mon cadeau et je me le réserve pour l’été prochain.

game-box_chronique-17_image-2

Petit guide pour offrir un jeu vidéo

Après coup, je demandai à ma mère comment s’était-elle décidé pour ce jeu. Voici, au travers de ses réponses, ce qui pourrait constituer un petit guide pour ces gens ne s’intéressant pas au jeu vidéo mais voulant en offrir un à Noël ou pour un anniversaire.

  • Elle l’avait acheté chez Cultura car « ils remboursent facilement ». Il s’agit là d’un  conseil avisé d’une consommatrice avertie : il faut toujours prévoir un éventuel remboursement ou remplacement.
  • Elle a regardé les jeux les plus vendus. Il s’agit là d’une erreur typique induite pas la volonté sournoise de ces vendeurs peu scrupuleux qui vous mettent sous le nez, non pas ce dont vous avez besoin, mais ce qu’ils veulent vendre. Il peut y avoir de bon jeux en tête de gondole, mais il ne faut absolument pas s’y limiter.
  • Elle a lu la jaquette. Très bien ! « Et qu’est ce qui t’a plu sur la jaquette ? » –  « Je ne me souviens plus« . Tant pis…
  • Elle a demandé à un vendeur, qui l’a détourné d’un autre jeu avant de la conduire vers Assassin’s Creed : Rogue car « il est plus récent« . Le vendeur n’a manifestement pas été voleur puisqu’il n’a pas orienté ma mère vers un jeu excessivement cher. Reste que demander l’avis à un vendeur est périlleux car il ne disposera pas des bons éléments pour aider.
  • Elle a opté, sans doute inconsciemment, pour une série à laquelle je n’ai jamais joué. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un jeu très différent de certains auxquels j’ai joué, cela reste relativement nouveau : très bien pour moi qui privilégie la découverte.
  • Elle n’a pas pas – erreur ! – pris le temps de me questionner. Je n’émettais pas de liste, certes, mais je pouvais tout de même répondre à quelques questions. Et c’est là, je pense, le secret pour réussir un cadeau : être attentif à l’autre. Se pencher sur les loisirs de celui à qui on offre, quand bien même on ne les partage pas.

game-box_chronique-17_image-3

Sinon, pour faire simple : contacter Gamebox ! Après un bref questionnaire (sexe, âge, console, jeux déjà possédés…), nos experts vous proposeront une sélection de jeux dans le budget préalablement fixé ! Une véritable équipe de professionnels !

5 commentaires

  1. Setzer janvier 4, 2016 8:57   Répondre

    Un, article très intéressant mais qui mérite quelques précisions :
    – Selon l’âge et la sensibilité de la personne, les indications de la jaquette sont importantes. Un jour, j’ai vu une mère de famille acheter un jeu à son petit de 7 ans alors qu’il y avait marqué en gros Assassin (‘s Creed, bien sûr). Mais comme on vous fait passer ça pour un jeu historique, le PEGI ne compte pas…
    – Généralement, les vendeurs ne touchent pas de commissions, mais on leur demande souvent d’atteindre des objectifs de vente. Attention à leurs conseils parfois mal intentionnés.
    – La mère de Julien a peut-être eu la bonne idée de jeter un œil à l’étagère de Julien, afin d’éviter les doublons. N’ayant pas vu AC et connaissant la soif de nouveauté de sa chère tête blonde, elle s’est dit que c’était un choix cohérent. Bien sûr, ce conseil ne marche que sur les étagères relativement peu fournies.
    – Ne demandez pas à Gamebox : Laurent ne vous parlera QUE de Starcraft II et Freddy QUE The Witcher III. Malgré les conseils de Nicochef, vous ne trouverez pas de disquette Commodore64 chez Cultura. Noëlie est pro-PS4 et moi, je suis spécialisé dans les jeux qui ne plaisent à personne. Quant à Julien… bin il y connaît rien en Jeu Vidéo, puisqu’il joue à Assassin’s Creed !

  2. Freddy janvier 4, 2016 9:15   Répondre

    Afin de contredire Setzer je vous conseille OCto… Goat simu… MArio Br…
    Farcr….
    OH PUIS ZUT !
    Je vous conseille The Witcher III …
    je dis ça
    je dis rien
    vous avez votre conscience
    j’ai la mienne
    c’est vous qui voyez.

    … mais bon… WITCHER III QUOI !!!

  3. Christophe janvier 9, 2016 12:59   Répondre

    Bonjour, pas d’objectif ou de commission chez nous. Mais le Peggy ( la cochonne 18+ ) c’est un peu du n’importe quoi. C’est indicatif, comme  »feu le carré blanc  » à la télévision, mais c’est purement  » famille de France  », et attribué selon des critères très précis, par des gens qui ne joueront même jamais au jeu. Essaie de faire jouer un enfant de trois ans à Zelda ou paper mario, et au contraire explique à une maman que spiderman c’est 12+ donc pas pour son fils de 9 ans .
    Echange de coups 12+
    Sang 16+
    Sang et grossièreté et où drogue 18+

    Du coup Doa extrem volleyball 12+, sponsorisé par FAP de France aka sopalin.

    Sans compter les parents qui offrent gta v à leur enfant de 5 ans. Tu préviens du contenu et on te menace de te cogner car ‘ tu ne vas pas leur apprendre comment éduquer ( ou ne pas éduquer pour le coup ) leur enfant .
    J’ai même eu une mère quand je lui ai parlé des scènes XXX qui me répond ( 8 ans l’enfant )  » Ca le décoincera « .

    Bref, ne pas confondre conseiller et vendeur ,
    les bons font du mieux qu’ils peuvent, malheureusement, on ne peut pas aider quelqu’un qui ne le veux pas. ( Dommage il y aurait moins de Kalov du chti et des genres purement arcade ou des concepts émergents seraient bien plus vendus )
    Comme résumé en fin d’article, l’important c’est de savoir prendre la place de celui qui va jouer pour choisir/conseiller et non le faire selon ses goûts.

    Allez je vous laisse je dois vendre Catherine et the evil within à un enfant de 4ans, le fou il voulait hulk !!!

  4. Setzer janvier 9, 2016 1:21   Répondre

    @Christophe : entièrement d’accord sur tous les points.
    – le PEGI ne sert pas à grand chose (hélas), mais il y a tout un tas d’informations qu’on peut retrouver sur une jaquette, pour peu qu’on se donne la peine de lire, du genre : Achève tes ennemis dans un bain de sang grâce à des finish ultra-brutaux ! (ne cherchez pas, je l’ai improvisé… mais j’en ai déjà vu du même genre)
    – les vendeurs ne sont pas TOUS des arnaqueurs ! Il y a aussi des incompétents ! (trololololo !)
    Blague à part, même si c’est parfois la faute des vendeurs/ conseillers/ etc… il est difficile d’aider quelqu’un qui ne vous écoute pas. Ayant bossé dans la vente, j’ai connu des parents qui s’en foutent complètement, hélas…
    – à 4 ans j’ai peur qu’il ne saisisse pas toutes les subtilités des gros seins de Catherine… vends-lui plutôt un bon Dead Space, avec ses démembrements à coups de bottes spatiales !

  5. Christophe janvier 9, 2016 1:46   Répondre

    J’ai préféré lui vendre portal 2, il était plus cher. ( rire satanique )
    Bon week end

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *